lundi 18 juillet 2011

Génie en titre

Du génie, Céline en a à revendre, la langue qu’il touche se transforme instantanément en musique. Il décortique les mots, les presse, les retourne pour en extraire le jus, le condensé d’une mixture magique. C’est l’essentiel de la prose qui émerge de ses incantations, l’essence. Ses histoires sont des enchevêtrements de lieux et d’embrasements, des labyrinthes où la signification des mots explose, se repoussent et se recomposent pour créer cette poésie si pure, si éclatantes, que les images qu’elles peignent deviennent parfois insoutenables par ses contrastes où le beau chevauche l’effrayant… où l’horreur devient de la féerie.

C’est un va-et-vient incessant entre l’obscurité et la lumière où la quête de sa pureté intérieure élève l’œuvre au niveau du mythe. Pureté et liberté totale de l’imaginaire, choc des sensations qui amplifie le réel d’où émerge ce souffle complètement nouveau qui semble se suffire des simples banalités de l’existence.

Le moindre évènement est propice à l’émotion, chemin unique vers l’absolu, successions de l’extraordinaire qui s’adapte à toutes les circonstances et, par la force de choses, se transforme en magie. Les livres de Céline sont comme de vieux grimoires dont les secrets sont autant d’interprétations laissées à la discrétion du lecteur. Il faut s’en imprégner entièrement et se laisser guider par les incantations afin de rejoindre l’écrivain dans ce qu’il a de plus gratuit, sa conscience.

Dans «Féérie pour une autre fois», la terreur des bombardements aériens se transforme un gigantesque ballet wagnérien où les avions deviennent des danseuses tourbillonnantes aux couleurs vives. Elles larguent leurs chapelets de bombes dans une musique infernale de vrombissements, faisant danser autant les humains que les objets, jusqu’aux édifices de Montmartre, les moulins de la Butte, qui tanguent en tous sens et s’élèvent dans un ciel survolté. Il y a, dans cette danse macabre, la conscience apocalyptique du monde selon Céline, une légèreté aérienne qui entraine le lecteur essoufflé dans un reel diabolique et magnifique pour l’abandonner complètement épuisé et désorienté.

«(…) ils sont au moins dix, vingt avions!... et je te pétarade!... ils glissent en remontée! Ils ont versés leurs horreurs… on voit leurs falots sous les ailes… un falot bleu… un falot violet… ils frisent les toits… vrrrr!... Vrrrr!... ils giclent en flèche du ravin dans un énorme sifflement d’air et tout le tremblement de la maison! Ah c’est infernal!... j’essaye de vous faire comprendre! Et je peux pas quitter la croisée!... les immeubles de l’avenue Gaveneau montent dans le sillage des avions!... Parfaitement!... les suivent! s’élancent après eux! toute l’avenue!... tous les petits hôtels cavalent d’ombres en ombres!... c’est miraginant!... les grandes bâtisses aussi s’élèvent!... haussement, s’emportent!... les plus forts immeubles!... certains quatre fois grands comme le nôtre!... jaunes!... verts!... bleus!... et broumm! En l’air! Tout vogue!... toute la girandole ondule entre les étoiles… on voit les étoiles dans le jonquille… le ciel est en mer de jonquille… les moulins aussi quittent le sol!... ils se déracinent des buissons! Les trois moulins!... je les vois s’envoler! J’en vois deux!... non!... j’en vois quatre!... ils se dédoublent à certaines hauteur… ils tourbillonnent, ailes béquilles!... au ciel! Et leurs meules en grès!... au ciel tout ça… la farandole!... ah, j’en vois six! Jaunes… rouges… ocres!... les ailes mauves… qui papillonnent… nous on était tout contre et au-dessus!... de notre balcon… on est dessous maintenant! Pas fiers!... mais on domine les jardins… les jardins crépitants, flambants… on domine… les bosquets, charmilles… les socles des moulins… le bal champêtre… la petite estrade à chanson…» dans Féérie pour une autre fois ll p.186-187 Pléiade

Pourtant, cette merveilleuse folie correspond aussi à la réalité crue de la guerre dont chacun voudrait bien oublier les conséquences, à tout le moins jusqu’à la prochaine. Oublier afin de moins souffrir, mais pas Céline qui n’oublie jamais rien. Il ne peut accepter d’être le jouet de forces obscures incontrôlables. L’homme est géniteur d’obscurité, créateurs de golems destinés uniquement à se faire la lutte jusqu’à l’extinction définitive du créateur.

Dans ses Fééries… Céline est parvenu à la perfection de son art, l’expression divine de la sensibilité poétique du rythme qui seule, peut parvenir à toucher l’absolu. Cette langue emprisonnée, mais encore qui ne demande qu’à briser ses chaines; cette langue, l’essence du monde. Avec Féérie, Céline a démontré que sans fanatisme théologique le rythme de la langue est impossible et qu’il est aussi impossible de comprendre l’esprit de l’homme et d’atteindre cet Eldorado, l absolu. Seuls les êtres dotés d’une hyper sensibilité peuvent espérer un jour le toucher et en revenir pour nous faire part de leur expérience, mais ils en demeurent à jamais marqués.

«Féérie pour une autre fois» est un véritable voyage intérieur, résultat d’un monde en guerre perpétuelle, d’un monde érigé de prisons, de privations, d’exils, de solitudes et de haines. Une fresque intimiste, mais dans un décor à grand déploiement où la scène englobe la totalité de l’Histoire des hommes. Chaque mot devient un danseur qui s’unit dans une ronde chaotique et infernale tourbillonnant autour du diable assis sur son trône, très satisfait de ses sujets hypnotisés par leur propre folie.

Il n’est donc pas étonnant que Féérie fût un «échec commercial», comme si l’atteinte de cet absolu peut devenir vendeur, surtout lorsque l’on s’acharne à nous faire avaler la médiocrité ambiante et à canoniser le moindre des imbéciles pour services rendus.

Beaucoup plus discret, le génie célinien se love aussi dans le titre de ses livres, car, Céline possède également le génie du titre, percutant et accrocheur. Le titre qui demeure et s’attache à l’oreille, tel un vieil air populaire. D’ailleurs, nous pourrions même affirmer que Céline est davantage connu par le titre de ses livres, que par leur véritable contenu. Si la plupart n’ont des gens n’a jamais lu une seule ligne, de «Bagatelles pour un massacre», le titre, par contre, en fait foi et maudit à jamais autant le livre que l’écrivain. Il dit tout, enfin presque tout sauf les nuances.

Par leurs titres, les pamphlets de Céline se voulaient des cris dans l’opacité du brouillard guerrier qui recouvrait l’Europe entière : «Mea culpa», «Bagatelles pour un massacre» «L’école des cadavres», comme un dernier appel avant la grande finale romanesque de «Féérie pour une autre fois». Après Féérie, Céline dit qu’il s’est fait chroniqueur… En magie, rien ne pouvait égaler Féérie et Céline le savait.

Revenons au titre, les autres œuvres ne sont pas en reste, «Mort à crédit», «Guignol’s band» et surtout l’époustouflant «D’un château l’autre» où l’on se surprend à penser que nous sommes devant une erreur typographique. Il manque un mot, forcément, une lettre et l’on cherche ce «à», cet article oublié qui doit lier la sauce, selon toute bonne recette académique, autorisée par les cuisiniers empâtés de la langue. Finalement, surprise! L’on se rend compte que c’est beaucoup mieux ainsi, que l’absence est plus forte que la présence, que le silence est un passage obligé qui ouvre toutes les perspectives possibles, et ce, avant même d’avoir entrouvert le livre, seulement par le titre.

Bien sûr, que dire de «Voyage au bout de la nuit», titre culte qui aujourd’hui est utilisé à toutes les sauces, pour n’importe quoi. Voyage au bout de… propose une création d’infini, une multiplication d’interpositions… Voyage, c’est la toute première musique célinienne. Voyez, un simple clic et tout est là, l’influence de Céline devient infinie, se perpétue dans l’absolu :

Voyage au bout de l’enfer

Voyage au bout de l’ennui

Voyage au bout de la droite

Voyage au bout de la lettre

Voyage au bout de la torture

Voyage au bout de l’Asie

Voyage au bout de soi-même

Voyage au bout de la ville

Voyage au bout de l’enfer haïtien… Pakistanais, etc.…

Voyage au bout de la solitude

Voyage au bout de la mer

Voyage au bout de l’intelligence

Voyage au bout de l’Inde

Voyage au bout de la haine

Voyage au bout de la route

Voyage au bout de monde

Voyage au bout de l’histoire

Voyage au bout de l’Angleterre

Voyage au bout de la violence (conjugale)

Voyage au bout de l’année

Voyage au bout de l’endurance

Voyage au bout de la ligne

Voyage au bout de l’enfance

Voyage au bout de soi

Voyage au bout de la terre

Voyage au bout de la drogue

Voyage au bout de la logique

Voyage au bout de mon jardin

Voyage au bout de la soif

Voyage au bout de la peur

Voyage au bout de leurs rêves

Voyage au bout de l’horreur

Voyage au bout de la faim

Voyage au bout de la traduction

Voyage au bout de la nation

Voyage au bout de l’opium

Voyage au bout de la lie

Voyage au bout de l’Amérique du Sud

Voyage au bout de l’autisme

Voyage au bout de la gare

Voyage au de l’alcool

Voyage au bout de ma vie

Voyage au bout de l’Europe

Voyage au bout de l’esprit

Voyage au bout de l’univers

Voyage au bout de l’enfer du Nord

Voyage au bout de la France

Voyage au bout de l’infidélité

Voyage au bout de l’année

Voyage au bout de la révolution

Voyage au bout du sexe

Voyage au bout de la fourchette

Voyage au bout de la féminité

Voyage au bout de la mine

Voyage au bout de l’enfer conjugal

Voyage au bout de la folie

Voyage au bout de la lune

Voyage au bout de l’hiver

Voyage au bout de Céline

Voyage au bout de l’Estonie

Voyage au bout de l’âge noir

Voyage jusqu’au bout de la nuit

Voyage au bout de la France en crise

Voyage au bout de tomate

Voyage au bout de l’amour

Voyage au bout de la fiction

Voyage au bout de l’angoisse

Voyage au bout de l’étoile

Voyage au bout de l’endettement

Voyage au bout de la violence et de la drogue

Voyage au bout de l’endurance

Voyage au bout de la connerie

Voyage au bout de ma chambre

Voyage au bout de quoi

Voyage au bout de la rue

Voyage au bout de l’oubli

Voyage au bout de la CAN

Voyage au bout de la Castille

Voyage au bout de la piste

Voyage au bout de mon lit

Voyage au bout de la misère

Voyage au bout d’une vie

Voyage au bout de la poésie

Voyage au bout de la secte

Voyage au bout de l’Afghanistan

C’est la force et la victoire de Céline, sa mythologie d’être parmi nous par habitude. Nous n'y pouvons rien, il fait partie des meubles et de nos blablas quotidiens.

Pierre Lalanne

2 commentaires:

  1. Sauvez/protéger son couple , annulé une rupture/séparation


    Bonsoir a tous
    Je me présente Lucette FERRES,
    J'avais des problèmes de couple avec mon mari car je n'arrivais pas a faire d'enfants après 16 ans de vie commune avec mon homme et il m'a laissé et a demandé le divorce .Un soir sur le net j'ai vu les coordonnées de ce Mr que je vais vous présenté par la suite qui m'a rapidement faire revenir mon homme et avec ces médicament traditionnels j'ai maintenant 2 merveilleuses filles et un garçon avec mon homme .
    Cet homme grâce auquel ma vie a repris son sens s'appel Maître Gbedekpogbe Médium, Voyant, ... sérieux, il vous aide à résoudre tous les problèmes auxquels vous ne trouvez pas de solution.
    Remarquable spécialiste du retour de lêtre aimé, il vous fait revenir définitivement lélu de votre cur
    Domaine de L'amour Sentimental :
    Le Retour Affectif - Le Retour D'Affection
    Amour Perdu , Récupérer son Ex - lÊtre Aimé - lÂme Sur , Se faire Aimé d'une Personne , Attirer une Personne (Homme/Femme) par un Sortilège d'amour ou Sort ,
    L'Envoûtement Amoureux/, Blocages Sentiments Amoureux Perdu , Sauvez/Protéger Son Couple , Annulé une Rupture/Séparation ,
    Éloignement Rivalité/Jalousie ; Fidélité.
    Je vous laisse son contact:
    tel : 00229 67 88 27 01
    mail: maraboutpuissant2014@outlook.fr

    RépondreSupprimer